Archives de Tag: Wikipédia

Novembre 2016 : séances et animations du CDI

Pour patienter jusqu’aux vacances, voici un petit compte-rendu des activités que j’ai menées au CDI durant le mois de novembre.

Un mois de novembre bien occupé, avec l’arrivée des dernières commandes de l’année. En effet, le libraire habituel du CDI ayant fait faillite en fin d’année scolaire dernière, il a fallu renvoyer les commandes à un nouveau libraire, qui a tout livré d’un seul coup, principalement des renouvellements du fonds en philosophie et en fictions, mais aussi quelques nouveautés, des annales, et de quoi rafraîchir le rayon 800, dont j’avais déjà parlé le mois dernier.

Cependant, le traitement des commandes n’a pas empêché un certain nombre de séances, et quelques surprises…

Séances

  • Formation à la recherche – secondes

Jusqu’ici, j’ai vu 4 classes de secondes, avec lesquelles j’ai pu travailler de manière plus ou moins approfondie, avec le déroulé de séance suivant :

  1. Présentation du portail e-sidoc et formation à la recherche, avec comme support, le Genial.ly que j’ai partagé le mois dernier.
  2. Questionnaire en ligne sur le portail e-sidoc en lien avec une thématique de lettres (pour l’un des collègues, le classicisme, pour l’autre, le siècle des Lumières)
  3. Réalisation par les élèves d’un mur collaboratif (Padlet) sur la thématique de lettres, à partir de documents trouvés sur le portail ou sur Internet.
  4. Sondage sur les pratiques informationnelles des élèves.

En fonction de la réussite (ou non) de ces différentes séances, j’ajoute les documents produits.

Séance 1 : avec les 2nde5

C’était la première séance, avec 2 demi-groupes. Les élèves ont eu droit à la présentation du portail, puis ils ont répondu au questionnaire (thème de lettres : le classicisme), et certains d’entre eux ont pu répondre au sondage sur les pratiques informationnelles, disponible ci-dessous :

Je n’avais pas encore eu l’idée de la réalisation du mur collaboratif, donc ils n’ont pas pu le faire.

Séance 2 : avec les 2nde3

Échec total de la séance : j’étais dans une salle où le câblage avait été modifié, et les ordinateurs mis sur le réseau administratif. Impossible de se connecter sur quelque session élève que ce soit. Vidéoprojecteur en panne. Séance reportée à une date ultérieure encore inconnue.

Séance 3 : avec les 2nde 6

Les élèves ont eu droit à la présentation du portail, ont répondu au questionnaire avec comme thème le siècle des Lumières (voir Google Form ci-dessous).

Le 1er groupe a commencé à travailler sur le mur collaboratif, avec quelques ressources postées. Cependant les navigateurs n’étaient pas à jour : cela faisait bugger Padlet.  Pas de contribution possible pour le 2e groupe. On fait remplir à quelques élèves le sondage.

Séance 4 : avec les 2nde7

Séance idyllique : les deux groupes sont au taquet, ils finissent le questionnaire assez rapidement, puis enchaînent avec le padlet (un par demi-groupe). Pas le temps pour le sondage, pas grave : avec ma collègue, nous sommes tellement ravies du résultat, que nous ne doutons pas de travailler à nouveau avec cette classe.

Padlet Groupe 1 :

Made with Padlet

Padlet Groupe 2 :

Made with Padlet
  • TPE 1ES : formation à la citation des sources et affaire Wikipédia

Début novembre, j’ai intégré sur le portail e-sidoc du lycée le générateur de citation de sources proposé par Fenêtre sur. J’en ai proposé pour proposer aux enseignants de TPE de faire un petit point aux élèves sur la bibliographie / sitographie.

Je n’ai pas pu voir les élèves de S, pour cause de conseils de classe, mais j’ai réussi à faire le point avec les élèves de ES : utilisation de l’icône « Citer ce document » pour les références se trouvant sur e-sidoc, utilisation du générateur pour les ressources extérieures au portail.

J’en étais à la partie « on ne dit pas juste qu’on a utilisé Wikipédia, on cite les différents articles de Wikipédia, et c’est facile, il suffit de cliquer sur « Citer cette page ». Je clique, et là j’atterris sur l’écran suivant :

screenshot00069

Après quelques recherches avec l’aide documentaliste, nous avons découvert que des élèves du lycée s’amusent à modifier des articles, l’adresse IP du lycée est donc bloquée pour vandalisme sur notre encyclopédie collaborative préférée. S’en sont suivis échanges avec les administrateurs de Wikipédia (par mails et sur le salon Educatice), discussion avec la proviseure adjointe du lycée, et j’ai fini par envoyer ce mail à l’ensemble des enseignants (je coupe et j’anonyme le mail à certains endroits) :

Bonsoir à tous,

Je me permets de vous adresser quelques petits cogitations personnelles, suite à un petit couac arrivé au CDI cette semaine.

Alors que j’étais en séance de TPE avec S… et les 1ES1, et que je leur faisait un bref rappel sur la citation des sources et la bibliographie – un générateur de citation de sources est désormais à la disposition des élèves directement sur esidoc – j’ai voulu montrer aux élèves qu’il était très facile de citer un article de Wikipédia.

Qu’elle ne fut pas ma surprise de constater que l’adresse IP du lycée était bloquée par Wikipédia, l’encyclopédie collaborative ayant été victime de la part de certains de nos élèves de modifications abusives (ce qu’ils considèrent comme du vandalisme). Nous avons enquêté avec A… : entre autres, un article sur la Jungle de Calais avec du contenu supprimé et signé James Bond…

Les élèves étaient donc dans l’impossibilité de citer un article jusqu’en juillet 2017.

Suite à ce blocage, j’ai contacté les administrateurs de Wikipédia, je les ai également rencontrés mercredi sur le salon Educatice à Paris.

Vous pouvez être franchement hostiles à Wikipédia, ou relativement neutres à son égard, mais on ne peut nier les partenariats noués par cette dernière avec des institutions culturelles ou universitaires, et les efforts faits par les modérateurs afin d’améliorer sans cesse la qualité des articles (ce que prouve bien le blocage du lycée).

J’invite donc ceux qui le souhaitent à rappeler aux élèves que Wikipédia est un outil de recherche bénévolement mis à leur disposition, et qui, certes ne se suffit pas à lui seul, doit être complété par d’autres sources, mais que la citoyenneté numérique la plus élémentaire exige de respecter.

Et pour les éventuels intéressés, les membres de Wikimédia proposent des actions de sensibilisation et de formation aux ressources de Wikipédia, je suis tout à fait disposée à reprendre contact avec eux.

L’affaire a fait beaucoup rire (surtout la partie sur James Bond) et a permis d’échanger avec un certain nombre de collègues – la plupart ravis de l’existence de Wikipédia. L’adresse IP du lycée reste bloquée, mais cela n’empêche absolument pas de créer un compte (ce que l’un des administrateurs a fait pour moi) afin de surveiller les activités de l’adresse IP, et éventuellement de contribuer. Quant au fait que les élèves étaient dans l’impossibilité de citer un article, les administrateurs de Wikipédia m’ont indiqué qu’il s’agissait d’un bug, et que la fonctionnalité serait débloquée à compter du 30 novembre.
  • EMC en Première STMG : travail sur l’identité

Depuis début novembre, je travaille avec une collègue d’histoire-géographie et sa classe de Première STMG en demi-groupe sur le thème de l’identité.

Dans un premier temps, les élèves devaient poser à leurs parents des questions sur leurs origines, ils devaient ensuite, à partir des réponses obtenues, donner une forme littéraire à ce récit : lettre, conte, carnet de voyages… illustrés avec dessins, images, arbres généalogiques.

J’ai proposé à la collègue de poursuivre ce projet en faisant travailler les élèves sur la réalisation d’un schéma heuristique, ce que nous ferons les prochaines semaines. J’en dirai donc plus au mois de décembre.

  • EMC en Première L : débat « médias et démocratie »

Avec un autre collègue d’histoire-géographie, nous avons pour projet depuis un moment de travailler ensemble soit sur les médias, soit sur le numérique, j’ai donc sauté sur l’occasion lorsqu’il m’a annoncé qu’il organisait un débat avec ses élèves de Première L (une heure en demi-groupe) sur le sujet suivant : « La pluralité des médias est-elle un risque pour la démocratie ? ».

Les élèves avaient déjà fait des recherches préparatoires, et travaillé sur des documents la veille du débat. Ils devaient prendre des notes pendant ce débat afin de rendre une synthèse le lendemain.

J’ai moi aussi pris des notes, depuis l’annonce du sujet, que mon collègue s’est chargé d’introduire en en définissant les termes, jusqu’aux interventions des élèves et les différents points abordés :

En quoi la pluralité des médias est un signe de vitalité démocratique ? Les journalistes doivent-ils dire la vérité ou exprimer leurs opinions ? Quelle influence ont-il sur l’opinion publique ? Quelle est la place des réseaux sociaux dans la circulation des (fausses) informations ? Quelle est la différence entre un chroniqueur et un journaliste ? Quel est le rôle des médias dans le respect de la vie privée d’autrui ? Quelle est la fonction d’une presse satirique ? Les journalistes doivent-ils être neutres ou transmettre des valeurs ?

J’ai beaucoup apprécié ce débat, avec des élèves qui avaient pour la plupart une réflexion poussée, tout en restant très personnelle, sur la question.

Voilà pour les séances du mois.

Expositions et animations

Bien que les présentoirs du CDI soient en ce moment surchargés par les nouveautés et le renouvellement du fonds (voir ci-dessous – photo à venir),

j’ai réussi à proposer aux élèves, juste avant le résultat des élections américaines, une exposition sur les États-Unis, avec à nouveau deux affiches, la version classique :

new-piktochart_881_3ba9d19c73c5e7faba6deeda4ccd2d830db67087

et la version augmentée :

expo-5c-c3-a9le_17792575_1bfbdbd56fd1672f3f5f6feae2ab959b50bd68a5

Voici l’exposition mise à disposition des élèves au CDI :

img_2407

Fin novembre, cette exposition a cédé sa place à une exposition sur la journée mondiale de prévention du SIDA, organisée par ma collègue.

Quant à moi, j’ai commencé à réfléchir aux animations à proposer aux élèves pour les faire patienter jusqu’aux vacances, et là encore, j’en dirai plus dans l’article de décembre.

Gestion, réunions, formations, salons et réflexions professionnelles

J’avais indiqué que je consacrerai une partie de cet article à un peu de cogitation professionnelle le mois dernier, mais il est déjà bien assez long, je garde donc cette idée pour plus tard et j’ajoute juste ci-dessous les quelques activités autres que séances et animations faites durant ce mois-ci :

  • évidemment j’ai consacré un temps certain au catalogage et à la mise à disposition des nouveautés, en particulier pour le rayon philosophie (dont je suis en charge) et pour les rayons littérature et fictions, qui sont partagés.
  • j’ai commencé à m’occuper du questionnaire GIDEC-GECRI qui permet aux enseignants de recevoir des spécimens de manuels scolaires en fin d’année.
  • pas de réunions ni de formations ce mois-ci. Notre proviseur est partie pour devenir directrice académique adjointe de Haute-Savoie, elle n’est toujours pas remplacée, cela a décalé le premier conseil pédagogique de l’année. J’ai pas mal échangé avec mon collègue référent numérique sur différentes applications éducatives à utiliser en classe (dont Prisma, qui permet de retoucher des photos artistiquement). Nous avons également beaucoup échangé sur l’équipement de la mezzanine en ordinateurs et sur le besoin d’une dotation en tablettes, sur laquelle il faut que nous travaillions…
  • deux réunions prévues le mois prochain.
  • pour finir, j’étais à Educatice le mercredi 16 novembre, ce qui m’a permis, entre autre, et comme je l’ai indiqué plus haut, de rencontrer les personnes travaillant pour Wikimédia, et d’avoir de nouvelles idées d’initiatives et de projets à proposer au lycée.

À suivre au mois de décembre.

Poster un commentaire

Classé dans Tics de doc

CDI : séances et animations de janvier

L’article consacré aux projets du mois de janvier au CDI a un peu tardé. En effet, je voulais rassembler toutes les activités en un seul article.

Séances d’initiation à la recherche

En collaboration avec un collègue d’histoire géographie, je poursuis les séances d’initiation à la recherche avec les classes de sixième : après les fictions, les documentaires, et l’évaluation de la recherche sur Internet, la quatrième séance était consacrée à la composition d’un article de Wikipédia.

En effet, lorsque j’ai consacré la troisième séance à la comparaison de deux pages Internet, un article de Wikipédia et la page d’un site spécialisé, tous deux sur le héros Ulysse, j’ai organisé à la fin de l’heure un petit débat : quelle page choisissez-vous à la fin pour vos recherches et pourquoi ?

Malgré un article beaucoup plus long et un vocabulaire beaucoup plus complexe, la majorité des élèves choisissent Wikipédia, même s’ils reconnaissent qu’ils ne liront pas l’intégralité de l’article. Sur l’ensemble d’une classe, il y aura environ :

  • 3 élèves qui choisiront la page du site spécialisé, parce que cette dernière raconte l’histoire d’Ulysse, qu’ils veulent connaître en entier ;
  • 18 à 20 élèves qui garderont l’article de Wikipédia, dont ils essaieront de repérer les infos essentielles.

Suivant l’exemple d’un collègue et ami, j’ai donc dit aux élèves que leurs méthodes de recherche témoignaient de deux types de profils d’info-lettrés :

  • les premiers qui se plongent dans une histoire d’un bout à l’autre auront un profil de « rat de bibliothèque », à la Hermione Granger ;
  • les seconds, qui collecteront les indices dans une page Internet, auront un profil de « détective » à la Sherlock Holmes.

Pour la quatrième séance d’initiation à la recherche, les élèves devaient préparer des exposés consacrés aux savants grecs (Aristote, Archimède, Thalès, Hippocrate, etc.) et aux lieux du savoir de la civilisation grecque (Pergame et la bibliothèque d’Alexandrie).

Durant une heure, ils devaient donc étudier la composition de l’article de Wikipédia consacré à leur sujet de recherche : adresse URL de l’article, collecte de l’information, résumé de l’information collectée, étude de la forme de l’article (légende des photos, bibliographie, articles connexes et portails thématiques). Pour cela, ils avaient à leur disposition :

Pour poursuivre ces séances d’initiation à la recherche, je souhaiterais travailler avec les élèves sur Google maps, puis sur les réseaux sociaux, même si je ne sais pas encore quelle forme cela prendrait.

Animations et concours

Pour le mois de janvier, deux expositions et un concours sont organisés au CDI. Pour célébrer 2014, j’ai eu l’idée de mettre en place une exposition où seraient présentés – ouvrages documentaires à l’appui – tous les événements s’étant déroulés chaque année finissant par 14, avec, entre autre :

  • 14 : mort de l’empereur Auguste (ouvrages sur l’antiquité romaine) ;
  • 814 : mort de Charlemagne, 1214 : naissance de Saint Louis, 1314 : mort de Philippe Le Bel (ouvrages sur le Moyen-âge) ;
  • 1814 : premier exil de Napoléon (ouvrages sur Napoléon et sur les grandes batailles historiques) ;
  • 1914 : début de la première guerre mondiale (bandes dessinées, témoignages et documentaires)

Expo 2014

L’avantage de cette exposition est qu’elle peut être recyclée tous les ans en ayant tout de même à chaque fois des choses différentes à présenter : l’année prochaine, j’aurai certainement des ouvrages sur François Ier (Marignan), Louis XIV (1715) et Napoléon (1815) à présenter.

Expo journée amitié franco allemande

La seconde exposition est celle réalisée à l’occasion de la journée de l’amitié franco-allemande, en collaboration avec mon collègue d’allemand, et assortie d’un concours sur la culture allemande – questions de culture et patrimoine pour mon collègue (avec du vocabulaire) et question de musique, peinture, cinéma, entre autres, et disponible ci-dessous.

Concours journée de l’amitié franco allemande

Pour certaines questions, les élèves obtiennent des points bonus s’ils n’utilisent pas Internet.

Se repérer et comprendre le fonctionnement du CDI

En prolongement des premières séances de la liaison CM2-6e et pour enrichir le « guide de survie » du CDI, j’ai passé un temps certain à réaliser un plan en 3D du CDI, auquel sera assortie une Foire aux questions, répondant aux questions les plus souvent posées au CDI.

Pour réaliser ce plan, j’ai utilisé le logiciel en ligne Kozikaza, après avoir peiné à essayer de comprendre comment fonctionnait Google Sketchup. Même si je n’ai pas réussi à symboliser l’ensemble du mobilier d’un CDI (bacs à BD, kiosque à périodiques et kiosque ONISEP, ordinateurs), le résultat était plutôt satisfaisant, lorsque la connexion internet l’était également. Voilà ce que ça donne, en ligne.

J’ai ensuite effectué une capture d’écran, puis j’ai modifié l’image avec Paint, pour ajouter des légendes. Et voici le résultat final, obtenu après des heures de dur effort (si si !) :

Plan du CDI

Enfin, en ce qui concerne la Foire aux questions, voici le document réalisé : Foire aux questions CDI

Il recense les questions les plus souvent posées par les élèves.

6 Commentaires

Classé dans Tics de doc

Document de collecte, Wikipédia, énigmes et solutions

Compte-rendu de séance et correctif sur le document de collecte

Dans un article précédent, j’expliquais de quelle manière j’essayais d’utiliser la fâcheuse manie du copier-coller comme point de départ à la recherche documentaire. Les deux séances que j’ai menées avant les vacances m’ont permis de constater les défauts que présentait leur organisation. En gros :

  • des objectifs pas assez clairement énoncés, surtout pour le premier demi-groupe (le temps de présenter le projet en classe entière, de faire des binômes, de distribuer les sujets de recherche sur le petit-déjeuner, il ne me restait plus qu’une demi-heure pour faire travailler les élèves sur le document prévu). 
  • les élèves n’ont pas perçu l’intérêt dans cet exercice en particulier, de faire un copier-coller pour produire un autre document, ils ont préféré répondre directement aux questions. Seuls deux élèves se sont prêtés au jeu jusqu’au bout.

En reconsidérant mon document, je me suis rendu compte que le travail de copier-coller venait trop tard, et que l’étude du sommaire était beaucoup trop déconnectée de la pratique wikipédienne des élèves. En fait, pour résumer, mon document veut s’intéresser à deux pratiques de recherche : Wikipédia et le copier-coller, et du coup, il ne fait que survoler l’un et l’autre. Il aurait fallu faire une séance sur la pratique du copier-coller, une sur la recherche sur Wikipédia, ce qui aurait été, à mon sens, beaucoup plus constructif.

Wikipedia-logo_7483

Analyse d’un article de Wikipédia

J’ai été frappée, durant la pause déjeuner, par la réflexion d’une surveillante venue au CDI voir des élèves : elle a ainsi dit à une élève de 6e qu’il ne fallait « jamais » utiliser Wikipédia. Lorsque j’en ai rediscuté avec elle, elle a nuancé cependant son propos : il ne faut jamais utiliser QUE Wikipédia. Pour ma part, je trouve ridicule d’interdire aux élèves le recours à un outil qu’ils utilisent quotidiennement, et j’admire beaucoup les recherches sur le sujet de Laure Endrizzi.

Tout ce qui me permet de leur faire acquérir un usage réfléchi de Wikipédia m’intéresse : j’ai donc repris les principaux éléments imparfaits de ma séance avec les cinquièmes et j’ai construit un nouveau document, qui pourra servir à l’occasion :

Séance corrective doc de collecte

Retour sur le copier-coller

J’ai essayé de réfléchir à un moyen d’utiliser le copier-coller. Plutôt que de le leur faire faire directement, même si l’expérience serait à tenter à nouveau, mais je n’ai pas trouvé d’autres idées pour l’instant, je leur propose une sélection de trois copier-coller. A partir de ces derniers, ils sélectionnent les principales informations, amorcent un questionnement quintilien, et produisent un résumé personnel, comme le montre le document suivant :

Copier coller 5e

Citation et évaluation des sources

En prolongement de cette séance, l’idée serait d’amener les élèves à un regard critique sur leurs sources. Pour produire ce document, je me suis inspirée de mon précédent document sur l’évaluation de l’information sur Internet, que j’avais utilisé lors du projet « Energies » avec les troisièmes. Voilà ce que ça donne :

Evaluation info internet 5e

Indices, énigmes, recherches et solutions

Pour finir sur une note plus légère, voici le jeu que j’ai fait faire aux élèves juste avant les vacances : un questionnaire sur des personnages célèbres, réels ou fictifs, avec à la fin, une petite blague destinée à un collègue.

Concours personnages célèbres

Les quatre premiers (et non les trois premiers comme indiqué sur la feuille : les résultats étaient trop serrés) vont recevoir des Encyclopédies junior de chez Fleurus autour de l’histoire (Histoire de France, Moyen-âge, Civilisations et Egypte ancienne).

10 Commentaires

Classé dans Aux infos, etc. !

Simba, Mufasa et Nicholas Carr

Disney

Disney

Vendredi, j’ai fini mes séances de méthodologie de recherche sur Internet avec les élèves de troisième. Pour la plupart, ces séances se sont bien passées. Elles sont éclairantes sur les habitudes de recherche des collégiens. Pour rappel, je leur demande de faire une recherche simple sur Google, avec un mot ou une expression : « énergie », « source d’énergie », « développement durable », « environnement », « effet de serre », « pollution ». En fonction des résultats proposés par Google, je demande à chaque groupe de choisir un résultat différent. A partir de là, plusieurs constatations :

Ils savent que Google leur permet de faire une recherche sur Internet, mais ils ne savent pas ce qu’est un moteur de recherche. Il faut traduire clairement Google = moteur de recherche.

Lorsque s’affiche la page de résultats, ils ne trouvent pas spontanément le nombre de résultats et seraient prêts à les compter. D’où leur surprise de voir combien de résultats il y a à leur recherche.

environnement

Ensuite, la navigation est assez fluide, bien qu’ils ne fassent pas la différence entre site web et page web. Leur donner un résultat différent permet de faire un tour assez large des sites Internet possibles, du site institutionnel au site de presse, en passant par Wikipédia.

En ce qui concerne Wikipédia, cela reste l’un de leurs sites de prédilection, et je ne vois pas pourquoi je le diaboliserais. Pour moi, c’est un bon outil de recherche, que j’utilise quasi quotidiennement, le plus souvent juste pour vérifier quelque chose – la généalogie des Valois et le lien de parenté entre Louis XII et François Ier.

Par contre, ils ne savent pas où trouver les dates de dernières mises à jour, ni à quoi sert l’onglet discussion des articles et ne se souviennent pas d’avoir vu les bandeaux qui émettent des réserves sur certains d’entre eux :

citation sources wikipédia

ébauche

Ils connaissent Wikipédia grâce à un résultat sur Google, qui les dirige directement vers un article en particulier, mais ils  n’en connaissent ni la structure, ni les outils, ni la page d’accueil. C’est sur l’information de surface, sur la « Une », sur la première page qu’ils se concentrent. Première page des résultats de recherche et première page du résultat précis qu’ils auront choisi. Ce comportement va un peu à l’encontre du butinage que l’on attend d’eux d’ordinaire. On pense qu’ils naviguent allègrement de lien en lien et de page en page, mais le plus souvent, ce que j’ai constaté, c’est ce recours à la première page comme une sorte de refuge contre la surinformation.

Dans un article paru en 2009, « Est-ce que Google nous rend idiots ? » (Is Google making us stupid ?), Nicholas Carr s’était insurgé contre cette information de surface, allant jusqu’à la diaboliser. Il opposait surface et profondeur, lecture papier et lecture numérique, avec cet oeil critique qu’a chaque génération pour la génération qui la suit. Refrain habituel, passé versus présent, ceci tuera cela, la cathédrale et le livre, le cinéma et la télévision, le papier et Internet.

La première fois que j’ai lu cet article, une phrase a surtout retenu mon attention, parce que je trouve que, vulgairement parlant, elle envoie du bois :

« Auparavant, j’étais un plongeur dans une mer de mots. Désormais, je fends la surface comme un pilote de jet-ski. »

Cette petite phrase magique, avec son rien de poésie et son vague écho de querelle des anciens et des modernes, était devenue, lorsque je préparais le CAPES, une sorte de phrase fétiche que j’étais capable de ressortir dans n’importe quel sujet de composition. Invariablement, quelle que soit la question, revenait le pilote de jet-ski. C’était presque devenu un défi, comme les blagues de certains élèves qui consistent à tous placer dans un devoir le même mot ou la même phrase. Ce n’était pas seulement le rythme de la phrase qui me plaisait, les images que Nicholas Carr utilise, ou le rendu de cette phrase lorsqu’on la prononce le plus rapidement possible. Je n’ai d’ailleurs jamais cherché à savoir ce qu’elle donnait en version originale, jusqu’à maintenant : « Once I was a scuba diver in the sea of words. Now I zip along the surface like a guy on a Jet Ski. » Même efficacité. Zip !

C’était aussi le sentiment exprimé, cette langueur de la plongée opposée à cette rapidité du jet-ski. Surfer sur Internet : l’impression d’une fulgurance, qui fait que chaque page mettant un peu plus de deux secondes pour se charger nous rend impatients. Surfer, traverser des vagues et des vagues d’informations, et selon Nicholas Carr, n’en rien retenir, ou presque. Effectivement, on a souvent l’impression de rester en surface, lorsque l’on surfe. Mais je ne pense pas que l’on sorte de l’eau aussi sec que lorsque l’on y est entré. On y boit pas la tasse, mais l’on reçoit toutes ces gouttelettes qui, par moments s’évaporent ou qui, parfois, s’imprègnent, nous pénètrent, nous hydratent. La différence, c’est que certains ont la capacité de retenir en eux ces quelques gouttelettes et que les autres les laissent s’évaporer, les laissent glisser comme sur des écailles. Pilote passif ou pilote actif ?

Reste à savoir à quelle catégorie appartiennent les élèves, et je pense que, comme tout le monde, ils ont chacun une manière propre de s’informer, un profil d’infolettrés (j’emprunte cette notion à un collègue, qui distingue deux types d’infolettrés : le type Hermione Granger, qui creuse, fouille dans les bouquins, plonge et approfondit pour faire le tour d’une question, et le type Sherlock Holmes, capable de recueillir l’information à partir des indices en présence). Rien ne se restreint à un profil type et aucune des deux attitudes n’interdit l’autre. Tout est affaire de curiosité.

Pour finir, en guise de post-scriptum, explication du titre : ma fâcheuse tendance à utiliser la phrase de Nicholas Carr comme la citation inévitable d’une composition, m’avait faite surnommer Mufasa durant la formation au concours, par certaines de mes comparses, qui invoquaient en prière l’esprit de saint Nicholas : « sssCarr, mon frère, aide-moi ! »

2 Commentaires

Classé dans Aux infos, etc. !