Archives de Tag: recherche

Décembre 2016 : séances et animations du CDI

Voici un compte-rendu des activités que j’ai menées au CDI durant ce mois de décembre, et qui, pour la plupart, sont en continuité avec celles du mois de novembre.

Une fois n’est pas coutume, je commencerai par les expositions et animations, ce qui donnera un peu plus de légèreté à cet article.

Expositions / Animations

  • Calendrier de l’Avent littéraire et numérique

Mon grand projet de début décembre était de proposer aux élèves un calendrier de l’Avent, un peu comme ceux que j’avais l’habitude de faire en collège. Étant un peu restreinte par les délais, j’ai décidé de me lancer dans un calendrier littéraire, avec le soutien de notre aide-documentaliste.

Pour chaque jour du mois de décembre jusqu’au 24, ce dernier m’a aidée à trouver un livre mentionnant dans son titre le chiffre ou le nombre du jour : Les Deux Tours pour le 2, Les Trois Mousquetaires pour le 3, Vingt-quatre heures de la vie d’une femme pour le 24… Seuls nous manquaient les 22 et 23, pour lesquels j’ai pris des livres presque au hasard.

Voici le résultat en image :

calendrier-de-lavent-cdi

Parallèlement, j’ai voulu organiser, inspirée par @Outiltice, un calendrier de l’Avent numérique, avec là encore pour chaque date, une information en lien avec cette date :

https://adventmyfriend.com/11207/ddbe7e9ffb

Afin de sensibiliser les élèves à cette action organisée tout au long du mois de décembre, j’ai réalisé cette affiche :

calendrier-de-l_18493651_0581f261cdf574b4128d5ea60c53fea76a0f110b

J’ai également intégré le calendrier sur la page d’accueil d’e-sidoc et j’en ai envoyé le lien par mail à l’ensemble de l’équipe éducative.

  • Gotlib

Suite au décès de ce dessinateur que j’adore – j’ai des souvenirs de lectures des Dingodossiers qui s’accompagnaient invariablement de fous-rires – j’ai affiché quelques planches à l’entrée du CDI, et nous avons sorti des bacs à BD quelques albums dont nous disposions…

img_2498 img_2499

Voilà pour ces quelques initiatives qui ont égayé le CDI et nous ont permis de patienter dans la bonne humeur jusqu’aux vacances.

Séances

  • Suite TPE

Durant ce court mois de décembre, j’ai pu aider certains élèves de TPE qui souhaitaient réaliser un blog.

J’ai également fait pour une autre classe (les premières S) la séance que j’avais faite le mois dernier avec les premières ES sur la citation des sources.

  • J’ai revu les 2de3

J’avais évoqué le mois dernier la séance apocalyptique avec les 2de3, notamment liée aux ordinateurs de la salle, branchés sur le réseau administratif.

Les séances ont été reprogrammées avec mon collègue de français avant les vacances, avec toujours quelques couacs (ordinateurs qui rament, proxy qui ne permet pas d’aller sur le Google Form, plantage au moment d’envoyer le formulaire…) Bref, malgré tout, les élèves ont pu naviguer sur e-sidoc, et ont pu commencer les padlets, même si ces derniers n’étaient pas aussi réussis que ceux des 2de7…

  • EMC 1STMG3 : identité heuristique

Avec ma collègue d’histoire, nous avons poursuivi avec les 1ères STMG3 le travail sur l’identité amorcé au mois de novembre. Après deux séances d’écriture, j’avais proposé à ma collègue de faire réaliser aux élèves un schéma heuristique sur la manière qu’ils ont de se représenter.

J’ai donc présenté les choses assez rapidement : le mot « MOI » au centre du schéma au tableau, puis j’attends les suggestions des élèves, que je placent tout autour. C’est ensuite à eux de réaliser en une heure le schéma le plus complet possible, et qui donne à la fois une idée de qui ils sont, comment ils se représentent, et de la manière dont ils organisent leur pensée et « fonctionnent dans leur tête ».

J’ai ensuite pris en photo les différents schémas et les ai rassemblés dans le padlet ci-dessous :

Made with Padlet

Je n’ai pu voir qu’un demi-groupe sur cette séance, l’autre demi-groupe n’ayant pas encore fini le premier travail d’écriture sur l’identité.

  • EMC 1L2 : la place des femmes en France

Le débat sur médias et démocratie avec la classe de 1L2 s’étant particulièrement bien déroulé, mon autre collègue d’histoire (j’aime les collègues d’histoire…) a voulu travailler sur d’autres sujets. Il m’a donc proposé une séance sur la place des femmes en France, où j’avais en quelque sorte carte blanche.

J’ai construit le document suivant (j’en profite pour dire que si je cède maintenant souvent à la manie du Google Form, c’est autant pour donner au questionnaire élève une forme attrayante que pour avoir un déroulé clair, lisible, et lui-même attrayant, de la séance) :

Le premier groupe, celui que j’avais déjà vu durant le débat « Médias et démocratie », a été très réceptif à cette séance, et en particulier à la dernière question. Je donne comme exemple 4 réponses, anonymes, bien entendues, une pour chaque photo choisie (je garde l’orthographe et la ponctuation) :

  1. Ségolène Royal : La première photo me fait réagir particulièrement car la phrase « Mais qui va garder les enfants ?  » est un stéréotype sur les femmes au foyer or la place d’une femme n’est pas forcement au statut de femme au foyer.
  2. Hillary Clinton (c’est, pour ce groupe, la photo qui a le plus choqué, les deux dernières obtenant une égalité parfaite) : La seconde photo à propos d’Hillary Clinton me choque énormément car le fait que l’on dise « Quand Hillary Clinton parle, les hommes entendent « sors la poubelle ! » », est une discrimination de la femme rappelant l’époque où elle était considérée comme seulement « bonne à faire le ménage et la cuisine », or une femme est égale à un homme, elle a aussi droit de faire un métier qui lui plait plutôt que d’être femme au foyer.
  3. Cécile Duflot : Cette citation ma enormement choquée car c’est insultat de voir une femme surtout une femme politique comme un objet sexuel. Comment le fait de mettre des robes lorsqu’on est une femme peut etre vu sous cette angle ? C’est TRES insultant . Une femme qui a fait autant d’etudes pour acceder a cet emploi soit denigrée de la sorte . Les femmes se sont battues pour avoir le libre droit sur leurs corps pour que des personnes sexistes la raibaissent a un statut de femme qui veut attirer lattention sur son corps alors que c’est pas le cas . Lorsqu’il la regardent ils voient une robe et non une politienne et je trouve ça degoutant .
  4. Najat Vallaud-Belkacem : La quatrième. Associer une femme à une prostituée (qui vend ses charmes pour de l’argent, ou, ici, un poste) est une violente discrimination, qui non seulement place la femme au rang d’objet mais qui sous-entend qu’elle n’a aucun autre moyen de réussir, que ses capacités ne peuvent pas égaler celles des hommes dans la société.

Le deuxième groupe a eu un peu plus de difficultés à se mettre au travail… mais a tout de même réussi à terminer le questionnaire.

Comme indiqué à la fin du formulaire, nous attendons que les élèves réalisent, suite à cette séance, des travaux de forme libre sur l’aspect de la question qui les aura le plus marqué… rendez-vous donc en janvier pour la suite de ce projet !

  • EMC 1STMG1 : théorie du complot

Le même collègue a voulu travailler avec ses élèves de première STMG sur la théorie du complot. Évidemment, le sujet, foisonnant et tentaculaire, m’a donné plus de fil à retordre que la séance sur les femmes (je ne voulais pas que ça parte dans tous les sens, je voulais à la base leur faire construire un complot et le collègue trouvait l’idée risquée…)

Bref, j’ai proposé un autre formulaire, qui servait lui davantage de déroulé de séance, avec des temps de présentation, de questions / réponses et de débats :

Avec le premier demi-groupe, nous sommes parvenus à l’étape du questionnaire où les élèves doivent présenter une théorie du complot existante, trouver 3 arguments complotistes et 3 contre-arguments.

Les échanges avec les élèves ont été assez enflammés, nous avons pris beaucoup de temps pour discuter avec certains, et avons également décidé de poursuivre cette séance au retour des vacances. Malgré une séance de longue haleine, nous avons eu des réactions très intéressées et réfléchies.

La deuxième séance des 1STMG1 a lieu en dernière heure le vendredi des vacances, je ferai une petite mise à jour de l’article avec un compte-rendu de la façon dont cette séance s’est déroulée.

  • EMC 1STMG3 : théorie du complot

J’ai proposé cette même séance à la classe de 1STMG3 qui travaille sur l’identité. Avec le premier demi-groupe, nous nous sommes d’abord appuyé sur les réactions des élèves et sur ce qu’ils connaissaient ou percevaient de la théorie du complot, l’objectif étant moins de tenter de les convaincre d’un raisonnement ou de son contraire, mais de les amener à confronter arguments et contre-arguments afin de se forger leur propre opinion.

Les complots choisis étaient plus variés et moins « politiques » que ceux des 1STMG1 : Pokémon Go est-il lié à la CIA ? Shakespeare a-t-il vraiment existé ? Michael Jackson est-il mort ?

Nous nous sommes arrêtées au même point que l’autre classe, à savoir la confrontation des 3 arguments et contre-arguments. Nous verrons pour la suite à la rentrée.

Gestion, réunions, cogitations…

Durant ce mois de décembre :

  • nous avons pu accueillir notre nouvelle proviseure,
  • j’ai assisté à une réunion de bassin le 9 décembre, durant laquelle ma collègue et moi-même avons accueilli au lycée nos collègues de bassin, avec une présentation de l’application Folios et des ateliers sur la lecture et les plateformes de mutualisation de notices. L’organisation de cette réunion m’a permis de me familiariser à l’équipement et aux salles du lycée, ainsi qu’à l’accueil de groupes.
  • j’ai participé à un Hang-Out sur les TraAM (Travaux académiques mutualisés) Documentation.
  • j’ai assisté également à mon premier conseil pédagogique le 12 décembre, consacré notamment à l’usage des téléphones portables et autres appareils du même type au sein du lycée et à l’harmonisation de l’évaluation de l’EMC,
  • j’ai poursuivi le travail amorcé en novembre sur le questionnaire GIDEC-GECRI qui permet aux enseignants de recevoir les spécimens de manuels scolaires en fin d’année et j’ai renvoyé le dit questionnaire (ouf !),
  • j’ai modifié les cotes des ouvrages sur le cinéma dans le rayon 700. En effet, certains étaient cotés en 778.5 (photographie pour le cinéma), d’autres en 791.43 (cinéma). J’ai tout basculé en 791.43, en rajoutant une partie sur les genres cinématographiques et les essais consacrés à un film en particulier, ces deux types d’ouvrages étant bien représentés au CDI.

img_2513

  • j’ai aussi modifié les cotes des usuels en arts. En effet, au CDI, nous mettons les usuels de chaque rayon en début de rayon… Ainsi, comme pour le cinéma, on voit très bien ce qui a été fait comme travail de recote, et ce qui reste à faire !

img_2515

  • j’ai poursuivi mon travail sur la signalétique commencé au mois d’octobre.
  • j’ai amorcé un échange avec mes collègues responsables de l’enseignement d’exploration « Arts visuels » afin de leur proposer la venue d’intervenants extérieurs. L’échange est en bonne voie et il semble que l’intervention pourra bien avoir lieu ! La suite au prochain épisode…

Bonne fin d’année à tous et à l’année prochaine !

2 Commentaires

Classé dans Tics de doc

Septembre 2016 : séances et animations du CDI

Je publie cet article #profdoc avec un peu d’avance, pour équilibrer avec l’article du mois prochain…

Avant de reprendre ce traditionnel article mensuel, j’aimerais commencer cette nouvelle année scolaire par quelques petites réflexions, d’ordre personnel et professionnel, mais sans aucune ambition.

La vie numérique de M…

En effet, avant de parler de mon nouvel établissement et de mon nouveau CDI, j’aimerais m’attarder sur ce phénomène actuel qui consiste à rejeter et à diaboliser le numérique, en partant d’une personne de mon entourage.

M… ne supporte pas le numérique. Si je prends le risque de parler de lui aujourd’hui, c’est bien parce que je sais qu’il ne mettra pas les pieds sur ce blog.

M… a aujourd’hui la soixantaine, il est fonctionnaire au sein de l’éducation nationale, et utilise a minima le numérique dans sa vie professionnelle : il envoie des mails, en reçoit, et, il me semble, maîtrise parfaitement les éléments d’une suite bureautique.

Pourtant, dès qu’il sort de ce cadre professionnel, M… fuit tout contact avec le numérique. Il a un téléphone portable qu’il n’allume que lorsqu’il prend la voiture pour de longs trajets, il ignore ce que sont des SMS ou des MMS, il n’est pas sur les réseaux sociaux. Il faut dire qu’il habite dans une zone mal desservie par internet…

Autour de lui, ses amis, parfois bien plus âgés, échangent des photos sur leur smartphone, sont sur Facebook, et font des achats en ligne.

Régulièrement, M… m’appelle pour me demander de passer une commande, s’indigne des « gamins » toujours sur leurs portables, ne comprend pas pourquoi la banque, EDF, ou le moindre prestataire de service lui demande son adresse mail, ou est exaspéré par ses copains branchés qui essayent de le convertir au numérique.

Sur le plan numérique, tout nous oppose, M… et moi : pour moi, la moindre démarche administrative se fait en ligne, j’y prend mes rendez-vous chez le médecin, j’y consulte mes comptes, j’y remplis ma déclaration de revenus.

J’ai du mal à rester éloignée d’un outil numérique, ordinateur, tablette ou smartphone, je consulte le trafic sur le RER, les dernières actualités, la météo, les embouteillages sur la N104, les dernières infos sur Twitter… et je m’exaspère de la moindre absence de wifi.

M… est un membre de ma famille mais il est loin d’être un cas isolé. Combien de collègues ai-je rencontré, qui refusent tel ou tel projet impliquant un soupçon de numérique parce que « ça prend trop de temps » ou « c’est trop compliqué », ces collègues qui préfèrent encore un affichage papier en salle des profs ou un mot dans leur casier, parce que leur boite mail académique déborde de courrier non lu…

À Ludovia, université numérique, le maire de la ville d’Ax-les-Thermes nous vantait telle ou telle zone de la ville où il n’y avait pas encore de wifi, et nous suggérait de venir nous y ressourcer. Les 3/4 de la salle avaient tablettes, ordis, ou portables à la main.

À la rentrée, on a beaucoup parlé d’un ouvrage dénonçant les méfaits du numérique dans l’éducation. Il était cependant assez comique de voir que les auteurs de ce livre en faisant la promo avec un compte dédié sur Twitter, comme si des végétariens mangeaient de la viande pour se convaincre de ne pas en manger…

Régulièrement, je tombe sur des articles de presse qui évoquent, chez certains, cette peur et ce rejet du numérique, et des innovations technologiques en général.

Et après tout, qui suis-je pour juger ?

Il y a des enseignants formidables qui se passent de numérique, qui s’impliquent et multiplient les projets sans avoir besoin, comme moi, d’être accro à leur smartphone.

Et il y a ceux, dont je fais partie, qui continueront à faire du numérique parce que cela leur convient et parce qu’ils pensent que cela est nécessaire aux élèves pour évoluer dans le monde qui nous entoure.

Il y a des élèves qui sont, malgré l’étiquette « digital natives » qu’on leur colle, bien moins à l’aise avec le numérique qu’on ne se l’était imaginé (j’en ai fait l’expérience en collège).

Il y a ceux aussi qui d’emblée nous dépassent par leur aisance devant un écran – comme cet élève de quatrième l’an dernier, qui apprenait à coder au CDI.

J’aime le numérique dans tout ce qu’il représente d’accès au savoir, à l’information, dans tout ce qu’il facilite en matière de vie quotidienne et de communication, j’aime tout cet éventail de personnes qu’il me fait rencontrer, néophytes ou convertis, observateurs ou acteurs, et je suis consciente de ses dérives et de ses excès.

Même si je l’utilise quotidiennement et si je cherche à impulser des actions qui forment au numérique et qui s’appuient sur ses outils, je ne chercherai jamais à l’imposer professionnellement à quelqu’un…

J’ai simplement du mal avec toutes les personnes qui me tiennent le discours du bout de bois et du « c’était mieux avant ».

Voilà pour ces quelques cogitations personnelles, qui n’ont pas d’autre prétention que de poser à plat ce que je gamberge dans ma petite tête, et dont, j’espère, vous excuserez la platitude.

J’en profite tout de même pour vous renvoyer, si le cœur vous en dit, à la lecture de quelques articles, où sont intervenus sur le sujet notamment Anne Cordier ou Nicolas Le Luherne

Entrons désormais dans le vif du sujet de cet article.

Nouveau CDI, nouvel établissement

Entre l’année dernière et cette année, je fais le grand écart : je passe d’un collège de moins de 300 élèves à un lycée de plus de 1000 élèves. Je passe d’un petit couloir où il suffisait de faire 2 mètres pour être soit à la vie scolaire, soit en salle des professeurs, soit à l’administration, à un labyrinthe qui exige de moi une bien plus grande activité physique. Je passe d’une trentaine d’enseignants à environ 120 profs, je passe d’un poste seul à un double poste (avec deux autres personnes en appui)…

Les contrastes sont nombreux et saisissants. Mais pour ceux qui suivent ce blog depuis quasiment sa naissance, ils savent que finalement, ce lycée et ce CDI ne sont pas nouveaux pour moi… En effet, c’est dans ce lycée que j’ai fait mes premières armes. Je ne me retrouve donc pas complètement en terra incognita, j’ai le dépaysement et la nouveauté sans être désorientée, ce qui est, pour le coup, assez confortable.

Bien-sûr, en quatre ans, ce CDI a évolué, et j’ai dû me réhabituer, aussi, à ne plus être seule à la barre. Je commence d’ailleurs à apprécier certains aspects du double poste, sur lesquels je reviendrai…

Voici donc d’abord à quoi ressemble, visuellement, ce CDI :

Plus grand qu’au collège, mais pas immense non plus. Moins d’ordinateurs que je n’en avais au collège, mais une mezzanine avec vidéoprojecteur.

Concernant le fonds, le CDI dispose de 40 abonnements, et les documentaires sont classés en Dewey. Le fonds est en cours de rénovation, certains rayons ont bien besoin d’être rafraîchis et la tâche est titanesque. Voici donc pourquoi j’apprécie le double poste : une répartition de la gestion des rayons ainsi que des abonnements.

Cette année, je m’occupe des Généralités (000), de la Philosophie (100), de la Religion (200), des Arts (miam du cinéma) – 700 – et d’une partie de la Littérature (sauf littérature étrangère) – 800.

Je suis déjà parvenue, durant ce premier mois, à harmoniser les cotes du rayon 000 et du rayon 200. J’ai jeté un coup d’œil au rayon 100, qui a subi un bon désherbage l’an passé, et j’ai trouvé de belles petites perles dans le rayon 800.

En ce qui concerne les fictions, nous faisons rayons communs. Mais le fonds reste encore relativement peu attrayant, et vieillot. J’ai souvent l’impression de faire de l’archéologie documentaire, à enlever au cutter de vieilles cotes manuscrites maintenues par du scotch jauni (avec parfois plusieurs couches, à passer au carbone 14), et à découvrir la date du premier emprunt (1977) d’une édition des Mythologies de Roland Barthes ou de feuilleter Les Héroïnes de Corneille, édition de 1924, dont je ne sais si un jour il a jamais été emprunté…

photo-23-09-2016-15-41-01

Autant dire qu’il y a de quoi du boulot !

Néanmoins, sur ce CDI partagé, voici ce que j’ai réussi à faire en septembre :

Séances

  • Accueil des secondes

Pour l’instant, je n’ai vu qu’une classe de seconde. Il y en a 11 en tout.

Cette séance d’une heure s’est déroulée en 3 temps : une présentation du CDI et de ses espaces, des conditions de prêts, des équipes, etc., un jeu de piste en équipe de 2 à 3 élèves, avec les petits papiers présentés ci-dessous.

seance-decouverte-2nde

À chaque fois qu’une des équipes rapporte un papier rempli, elle récupère un autre papier, jusqu’à épuisement du stock. Cela permet aux élèves de se familiariser rapidement, et de manière amusante, avec les différents espaces du CDI.

Durant le 3e temps, ma collègue d’histoire-géo présentait à une moitié de la classe des revues spécialisées, pendant que j’aidais l’autre moitié dans leurs recherches en EMC.

  • TPE

Du fait de nos emplois du temps, les TPE sont répartis entre ma collègue et moi. J’ai une classe de S, une de ES et une de L. Pour l’instant j’ai vu les S et les ES, à qui j’ai fait cette présentation en première séance :

m-5c-c3-a9mo-tp_15864748_feadf6620989335a4cb49f94497ed4e36a8c6a6d

https://magic.piktochart.com/output/15864748-memo-tpe

Puis à qui j’ai fait ces deux présentations en deuxième séance :

Les présentations sont accessibles directement sur le réseau pédagogique de l’établissement, et j’ai déjà quelques groupes convertis au mur collaboratif.

Je n’ai pas vu les L, qui me posent régulièrement des lapins.

  • Projets à venir

J’ai déjà quelques séances de formation à la recherche programmées avec les secondes, mais pas seulement.

J’ai pu discuter avec quelques collègues et commencer à réfléchir à deux projets en particulier : un en STMG sur la veille, et un en première ES, normalement, sur le numérique, et en particulier sur l’usage des réseaux sociaux dans le cadre de la campagne présidentielle à venir. Je vous tiendrai au courant au fur à mesure que ces projets se construiront.

Pour les ateliers et autres clubs, je n’ai pas encore d’idées précises, si ce n’est un atelier jeux, qui, sans empiéter sur le foyer, permettrait aux élèves de découvrir chaque semaine un nouveau jeu…

Communication

Pour l’instant, encore, je suis en pleines cogitations, mais j’ai réussi à mettre en place quelques petites choses.

  • Lettre de présentation

Même si j’étais déjà connue de certains collègues, j’ai tenu à me présenter à nouveau : voici donc le mail que j’ai envoyé, quelques jours après la rentrée :

Bonjour à tous,

Je me permets de vous adresser ce message afin de me présenter à vous à nouveau.

Ancienne professeure documentaliste stagiaire au lycée Einstein, j’ai travaillé pendant 4 ans au collège Jean Mermoz de Savigny-sur-Orge avant de revenir cette année parmi vous en tant que titulaire, avec beaucoup de bonheur.

Ceux qui me connaissent déjà savent qu’il me tient particulièrement à cœur de travailler avec vous et d’expérimenter de nouvelles choses.

Les thématiques qui m’intéressent sont entre autres les usages pédagogiques et l’identité numériques, la publication en ligne, le cinéma et la littérature. Mais je n’exclue aucun autre thème de travail et serai toujours heureuse et impatiente de travailler avec vous, quoi qu’il arrive !
Je profite également de ce message pour mettre à votre disposition une infographie que j’avais proposé aux enseignants de mon collège l’an dernier (ne vous formalisez donc pas d’y trouver mentionné le nom de mon ancien établissement), et que j’espère pouvoir enrichir durant l’année :
https://magic.piktochart.com/output/10741612-boite-a-outils-du-cdi

N’hésitez pas à venir me trouver ou à m’envoyer un petit message ! Je suis également légèrement accro à la caféine durant les périodes scolaires, en particulier au moment de démarrer la journée…

Bonne fin de semaine et au plaisir de vous retrouver !

Juliette FILIOL
Professeure documentaliste
@JFiliol
Cette première lettre m’a permis d’amorcer des échanges et j’ai eu quelques retours, tous très sympathiques.
  • L’E-instant CDI

J’ai voulu reprendre, en l’adaptant au contexte, à l’existant (une lettre hebdomadaire de la proviseur adjointe) et au public, la lettre de diffusion que je faisais au collège. J’ai donc repris une formule hebdomadaire, en la centrant davantage sur culture, éducation et numérique.

e-instant-cdi_15886286_1798a9617ba2c185077be1d829f8c01a7378e120

https://magic.piktochart.com/output/15886286-e-instant-cdi

Pour le nom de cette lettre, il fait référence au nom de l’établissement, le lycée Albert Einstein, « E-instant » commençant comme Einstein, et au numérique avec le E du début.

  • Agenda en ligne

Une première, inspirée des pratiques de certains collègues, j’ai décidé, pour faciliter mon organisation, de mettre à disposition des collègues mon agenda. Cela est aussi motivé par le fait qu’avec le double poste, j’ai souvent des demi-journées, ça me permet de m’y retrouver.

https://calendar.google.com/calendar/embed?src=c7v4b2mlf6jqm3l2tt2joud6b0%40group.calendar.google.com&ctz=Europe/Paris

Animations du CDI

J’ai pu reprendre mes expos thématiques, la première sur les Journées européennes du patrimoine.

Cependant, le règlement intérieur du lycée et le règlement du CDI étant relativement stricts, j’ai dû adapter mes expos augmentées. Voici donc l’affiche que j’ai placée sur la porte du CDI.

expos-augment-5_15864356_25b473a6987bc0d9d879eff8ee7cf89e0922c8c4

https://magic.piktochart.com/output/15864356-expos-augmentees-lycee

Chacune des expos est « annoncée et prolongée » en dehors du CDI.

expo-augment-5c_16006085_8d2a97a4ff094a60d6df0318c1e78d61886d1d64

https://magic.piktochart.com/output/16006085-expo-augmentee-jep

Voilà ce que ça donne pour les Journées du patrimoine.

Et c’est tout pour l’instant. Je reste en ébullition et en attente des autres choses à impulser, à reprendre, et à mettre en place. D’ici là, vous retrouverez très bientôt le prochain article cinéphile, avant l’article doc du mois d’octobre…

À bientôt !

6 Commentaires

Classé dans Tics de doc

Février : séances et animations du CDI

Une nouvelle fois, un article un peu tardif sur ce qui s’est passé au CDI avant les vacances d’hiver.

Une bonne partie de mon énergie et de mon temps a été consacrée, fin janvier, à préparer mon inspection – j’ai en effet été prévenue, aux alentours du 23 janvier, de la venue de mon inspecteur, prévue le 7 février.

Une inspection de prof doc

Pour les « paddocks », petit rappel de ce en quoi consiste une visite d’inspection : comme n’importe quel professeur, les professeurs documentalistes dépendent d’un IPR – inspecteur pédagogique régional – chargé de les conseiller et d’évaluer leurs pratiques (cet IPR est commun aux professeurs documentalistes, aux CPE et aux chefs d’établissement). Pour cela, ils s’intéressent à plusieurs éléments (attention je parle ici de mon cas spécifique) :

  • une fiche CDI que doit remplir le prof doc concerné, et qui résume en deux pages l’essentiel de son activité au sein de l’établissement, depuis ses horaires jusqu’aux nombres de documents disponibles ;
  • le bilan d’activités de l’année précédente, qui permet de définir les priorités de l’année en cours – pour ma part, j’avais dissocié en deux documents bilan et projets du CDI, on m’a recommandé de les réunir.

Ces deux éléments permettent à l’inspecteur de préparer sa visite, qui se déroule ensuite ainsi :

  1. un entretien avec le chef d’établissement ;
  2. l’observation d’une séance pédagogique (1h) ;
  3. un entretien individualisé (retour sur la séance, sur la lecture du bilan d’activités, petit tour du CDI, le tout en 1h30, toujours en ce qui me concerne) ;
  4. un petit résumé de la situation avec le chef d’établissement (15 mn)

Séance d’inspection

L’inconvénient d’une inspection de professeur documentaliste, c’est que l’on doit se dépatouiller comme on peut, bien-sûr avec l’aide des collègues qui sont des plus solidaires, pour organiser une séance. À l’inverse de ces mêmes collègues, il est encore rare que l’on ait des heures fixes de séances dans notre emploi du temps.

L’avantage, par contre, c’est que l’on est prévenu beaucoup plus tôt : j’ai disposé de deux semaines pour préparer cette séance, son scénario, ses fiches de cours et d’exercices.

Je voulais coûte que coûte travailler avec les élèves d’UPE2AUnité pédagogique pour élèves allophones arrivants, anciennement appelée CLA, classe d’accueil. Ce sont des élèves non francophones de tous niveaux, de la 6e à la 3e, et que je reçois une fois par semaine au CDI depuis le début de l’année, avec leur enseignant référent, autour d’un projet sur la communication – visuelle, écrite, orale, numérique.

Préparation :

À l’origine, je voulais faire une séance qui parte de leurs pratiques – ce sont des élèves qui fréquentent régulièrement le CDI, et qui aiment particulièrement utiliser Google Maps, pour observer leur quartier actuel, mais aussi leur pays et leur ville d’origine.

Cela aurait permis d’aborder des notions comme la lecture de l’image, la cartographie en ligne, et la communication orale à partir d’un outil numérique. La séance se présentait ainsi :

Evidemment, la séance peut être adaptée à un autre groupe d’élèves ou à une autre classe, notamment en 6e et en collaboration avec un enseignant de géographie, et où l’on peut utiliser d’autres sites utilisés par les élèves : faire comparer Google maps et Géoportail, ou travailler sur la thématique des jeux sérieux, avec jeux-geographiques.com, viamichelin, ou encore GeoGuessr (merci Camille pour les références de jeux de géo sur internet !!!).

Tout ça pour dire que cette séance me motivait au plus haut point. Et là, c’est le drame : pas de connexion internet au CDI pendant toute la semaine de mon inspection.

Bref, trois jours avant, malgré l’espoir d’un retour à la normale le jour J, je décide d’élaborer un plan B.

Déroulement :

Je pars donc du même principe : utiliser des documents – cette fois-ci, usuels et documentaires – pour présenter son pays d’origine, en modifiant scénario pédagogique et attentes. Et j’en arrive du coup à ces deux documents supports :

Pour éviter aux élèves de se disperser dans plusieurs tâches, j’avais mis à disposition sur les tables, usuels et documentaires. J’avais donc fait une sélection préalable, qui n’impliquait pas une démarche de recherche à l’intérieur du CDI, c’était l’un des inconvénients de la séance.

Autre petit point faible, je n’ai pas assez insisté sur les notions, même si je leur ai fait distinguer, à l’aide de la fiche de cours, dictionnaires, encyclopédies, et documentaires.

Cependant, dans l’ensemble, cette séance s’est bien déroulée, et les élèves ont été dynamiques et ont apprécié ce travail, qui permettra par la suite de leur faire produire un diaporama ou de réaliser une exposition sur leur pays d’origine.

Entretien :

Bien entendu, je ne reviendrais pas en détail sur les presque 1h30 d’entretien que j’ai eues avec l’inspecteur à la suite de cette séance. Ce que j’ai pu apprécier, c’est la lecture attentive des documents que j’avais fournis, et des suggestions sur des méthodes de travail et l’utilisation du CDI.

Un point en particulier a retenu mon attention. L’inspecteur a souligné l’absence de « coin lecture clairement identifié » dans le CDI. En effet, dans un CDI, chaque zone doit être reconnaissable par les élèves : recherche, coin informatique, coin orientation, coin lecture.

Dans le CDI de mon établissement, les BD et les albums étaient séparés des mangas par le kiosque presse et le kiosque ONISEP, et des fauteuils de lecture étaient dispersés.

Avec l’aide précieuse des assistants d’éducation, j’ai donc réaménagé le CDI la veille des vacances, et j’ai désormais un beau coin lecture, que les élèves se sont rapidement approprié :

Pour ceux qui se souviennent de mon plan 3D du CDI, voici un petit AVANT / APRÈS :

Et cela me donne l’occasion de faire une petite comparaison de deux logiciels qui permettent de faire des plans 3D en ligne, pour ceux que cela intéresse. Il s’agit de Kozikaza (sur lequel j’ai fait mon premier plan 3D) et Sweet home 3D (sur lequel je n’ai fait qu’un plan rapide pour montrer à mon chef d’établissement les modifications) :

Kozikaza

Sweet home 3D

Avantages

Un plan agréable à regarder, facilement réutilisable dans une capture d’écran, avec des éléments (meubles, portes, fenêtres, etc.) bien identifiables, bref un bon rendu visuel, aussi bien en 2D qu’en 3D – Rapide et intuitif ;

– Possibilité d’exporter le plan dans un format PDF (même si on se moque un peu de savoir que l’on a inséré 24 chaises et 8 tables) ;

– Pas besoin de connexion internet une fois téléchargé

Inconvénients

– Nécessite plein de manipulations et une bonne connexion internet ;

– N’est absolument pas intuitif ;

– Le plan ne peut pas être légendé – d’où l’intérêt d’une capture d’écran pour se le réapproprier

– Le rendu visuel du plan remis en 2D au format PDF. C’est hyper moche, et on n’y voit que dalle. Du coup, pour ceux qui sont pointilleux niveau esthétique, retournez utiliser le premier.

– Là encore, on ne peut pas légender, même si les quelques heures d’utilisation que j’en ai faites m’ont peut-être fait manquer une icône « légende ».

Bonnes (fins de) vacances pour les chanceux comme moi, et à bientôt !

5 Commentaires

Classé dans Tics de doc

Guide de survie au CDI

Voici un petit bilan des activités du CDI au mois de novembre.

Source : wikipédia

Source : wikipédia

Liaison CM2 – Sixième

Durant la première et la deuxième semaines, j’ai accueilli les cinq classes de CM2 des deux écoles primaires du secteur, pour une séance de découverte du CDI que j’avais déjà présentée dans un article précédent. Grâce au fonctionnement sous forme d’ateliers et à l’investissement des professeurs des écoles et des assistants pédagogiques qui y ont participé, ces séances se sont très bien passées, du moins de mon point de vue. J’ai fait un bilan rapide de cette séance, disponible ici :

Bilan séance 1 liaison cm2 6e

Forte de cette expérience, j’ai pu réfléchir plus précisément aux activités des élèves durant les séances 2, 3 et 4 (je rappelle que j’accueille ces élèves pour quatre séances dans l’année, à raison d’une séance par période).

Pour les deuxième et troisième séances, les élèves seront confrontés à différents outils et méthodes de recherche, sous la forme de quatre ateliers, avec toujours pour thème la vie de Jean Mermoz :

L’objectif est de fonctionner par petits groupes, de faire en sorte que chaque groupe fasse au moins deux ateliers, et de les faire tourner à la troisième séance.

Durant la quatrième et dernière séance (en mai-juin), les élèves (par groupe) choisissent de présenter au choix  la fiche biographique, les voyages ou un exposé sur les avions à l’oral. Ils présentent obligatoirement – et individuellement – le logo et la devise qu’ils auront imaginés.

A l’issue de cette présentation, les intervenants (professeurs, assistants pédagogiques et autres adultes volontaires) votent pour un logo et une devise ; les élèves votent également – interdiction de voter pour son propre logo ou sa propre devise.

Initiation à la recherche documentaire

Parallèlement à l’accueil des CM2 au CDI, j’ai poursuivi mes séances d’initiation à la recherche avec les classes de sixième. N’ayant pas d’heure dédiée dans mon emploi du temps, je travaille avec un collègue d’histoire-géo depuis l’année dernière. Cette année, je pourrai normalement faire venir au moins quatre fois les élèves au CDI dans le cadre de ces séances d’initiation (la forme de ces séances est amenée à évoluer, étant donné l’accueil et la présentation du CDI qui ont été faits au CM2) :

  • Découverte du CDI et rayon fictions
  • Documentaires
  • Évaluation de l’information sur Internet
  • Wikipédia

La semaine dernière, j’ai accueilli les 3 classes dédoublées pour la séance sur les documentaires. Dans un précédent article j’ai indiqué avoir modifié la fiche d’exercices de l’année dernière, mais conserver la même fiche de cours. J’ai entre temps changé d’avis. Voici la nouvelle fiche d’exercice qui était proposée aux élèves :

Je fais une recherche documentaire

ainsi que la nouvelle fiche de cours : Je fais une recherche documentaire COURS

La fiche de cours, ainsi que toutes les autres fiches de cours ultérieures seront regroupées dans un nouvel outil disponible au CDI.

Guide de survie au CDI

L’idée de cet outil m’a été donnée par un collègue et ami qui met à la disposition de ses sixièmes plusieurs classeurs regroupant l’ensemble des cours d’initiation à la recherche – parce que les élèves n’ont pas de classeurs dédiés, et par souci d’économie de papier.

J’ai tout simplement repris cette idée et décidé de faire un véritable guide du CDI et de ses activités, sous la forme d’un lutin disponible sur mon bureau. Au sommaire – provisoire :

  • un mode d’emploi du CDI, avec horaires, outils numériques, conditions de prêts et animations
  • recherche au CDI (fictions, liste des mangas disponibles, documentaires)
  • recherche sur Internet (évaluation de l’information, utilisation de Wikipédia)
  • citation de sources (bibliographie, sitographie, utilisation du tutoriel disponible sur E-SIDOC)
  • orientation (s’informer sur son orientation, CV et lettre de motivation)
  • travaux divers (article de presse, exposé, diaporama, panneau d’exposition)

Je présente le guide à chaque fois en séance, et dès qu’un élève a des difficultés ou pose une question, afin de créer un réflexe d’utilisation. Je compte également ajouter une partie « Foire aux questions » (pourquoi le CDI est fermé à la récréation de l’après-midi ? à quelle condition puis-je avoir accès aux ordinateurs ?…) ainsi qu’un plan du CDI tout au début.

Pour les fiches, j’en ai déjà joint à certains articles, mais voici quelques exemples, de la première à la dernière page :

4 Commentaires

Classé dans Tics de doc