Je brûle ou c’est froid ?

Lorsque j’étais l’année dernière en lycée, l’écart entre les élèves et moi n’était pas toujours très net, et cela ne tenait pas seulement à l’âge, et jamais à l’apparence physique, puisque je faisais en sorte de mettre des tenues « adultes », même si j’ai été tentée, en fin d’année, d’arborer mon magnifique tee-shirt grenouille « motus et bouche cousue ». Le manque de netteté tenait parfois aux pratiques et aux centres d’intérêt. Je donne deux exemples :

  • Lors de la préparation d’une séance sur le manga, j’ai été amenée à montrer à une collègue une vidéo du « Joueur du grenier », où ce dernier évoquait les caractéristiques typiques des dessins animés adaptés de mangas (pour ceux qui ignorent l’existence de ce personnage haut en couleur, je renvoie à son site Internet). Des élèves sont entrés à ce moment – l’écran de mon ordinateur était face à la porte – et ont été ahuris de constater que je regardais les mêmes vidéos qu’eux.
  • Lors de ma séance sur l’identité numérique avec des premières ES, j’ai voulu leur faire trouver la notion d’ « avatar » et leur faire parler des jeux en ligne. J’ai donc pris comme exemple World of Warcraft, mais en utilisant l’abréviation « Wow ». Une élève est alors intervenue en disant que si j’utilisais l’abréviation, je jouais forcément à ce jeu, ce qui n’était pas tout à fait faux…

Evidemment, la distance élève / professeur est plus flagrante, maintenant que je suis en collège. Ce qui est frappant dans cette distance, c’est qu’elle s’applique tout autant aux centres d’intérêt qu’au langage même des élèves. J’ai mis à disposition des élèves des grilles de baccalauréat et je les entends parfois évoquer des « stars » avec telle ou telle lettre, dont j’ignore totalement l’existence. Le pire, c’est que quand on me demande mon avis pour la lettre U, ce n’est pas le groupe U2 qui me vient en premier à l’esprit, mais l’acteur Peter Ustinov qui n’est pas toujours connu des gens de ma génération (je précise qu’il joue Hercule Poirot dans les adaptations de Mort sur le Nil et de Meurtre au soleil), alors des élèves… Lorsque j’entends les noms de Michael Jackson ou de Sylvester Stallone, je pousse un soupir de soulagement !

Pour les différences de langage, je citerais l’exemple d’une collègue, avec laquelle j’ai fait mon stage dans un lycée professionnel parisien il y a deux ans. Nous travaillions avec les élèves sur la notion de loi – avec l’exemple de la loi HADOPI et nous posions la question : qui fait les lois ? Certains élèves répondaient : « c’est les balbars ! », le mot étant accentué à la fin, ce qui donnait davantage « balbaaarrrrr ». Après quelques jours, les élèves ont consenti à nous expliquer qu’ils désignaient par ce terme les blancs.

Cette même collègue m’a d’ailleurs rapporté que l’expression du moment dans son établissement, en particulier chez les filles, était « c’est trop lol… » Je dois dire que pour l’instant, à part quelques ouesh et quelques zyva, je ne note aucune expression chez mes élèves propre à souligner leur originalité langagière…

Quant à leur orthographe, j’y suis moins confrontée que mes autres collègues, même si, lorsqu’ils remplissent ces mêmes grilles de baccalauréat, ils affirment que seule la première lettre compte et que « cassis » s’écrit avec un K. Quand ils me demandent un objet en « N » et que je leur propose un « navion » ou une « nagrafeuse », ils sont prêts à écrire en toute bonne foi, ce qui devient un peu effrayant. J’ai cependant peut-être beaucoup moins de raisons de désespérer que mes collègues de français, voire des autres disciplines, et que cette amie professeur des écoles, qui, devant la lecture de « jenémare » pour « j’en ai marre » était tentée de mettre dans la marge « moi aussi »…

Je me souviens d’un lexique français-ado que j’avais trouvé il y a quelques années sur Internet et qu’il serait bon de réactualiser. Réécrire les Exercices de style de Queneau façon jeunes ? Et pour poursuivre cette aventure langagière, on pourrait inventer pour chaque expression « djeuns » une expression semblable à celles de ce site… bonne exploration !!!

Advertisements

2 Commentaires

Classé dans Tics de doc

2 réponses à “Je brûle ou c’est froid ?

  1. Ah, j’adore la page de la langue xyloglotte! Trop fort! Par contre y’a un souci… On n’est plus sensés porter de tee shirt grenouille quand on bosse? Donc je devrais virer la moitié de ma garde robe je pense. En même temps, c’est que me dit tout le temps ma collègue Esther qui m’explique que la plupart des gens s’habillent, et que moi je me vêt. Pour les expressions ados, j’en suis, je vais commencer à mieux ouvrir les oreilles ^^

  2. Pingback: Portraits d’élèves | cinephiledoc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s